Rechercher
  • R Libérale-Conservatrice

Le socialisme à la française empêche la croissance et crée des chômeurs

La France est le pays où le poids de l’Etat dans l’économie est le plus élevé parmi les pays de l’OCDE. En effet la part des dépenses publiques dans le PIB français atteint les 57%, un record mondial.

Très logiquement, la France est également championne du monde des prélèvements obligatoires, à 48% du PIB.

Ça ne s’arrête pas là, car la France est également 71e à l’indice de la liberté économique, derrière un pays comme l’Azerbaïdjan, bien connu pour être un des champions de la corruption, de la collusion entre pouvoir économique et pouvoir politique.

C’est dire le niveau lamentable des libertés économiques en France.

Malgré ce que l’on entend à longueur d’année de la part de nos politiques ou du peuple en général, à la radio, à la télévision, ou encore sur les réseaux sociaux, la France n’est pas un pays économiquement libéral, encore moins « ultra libéral », mais un pays socialiste voire ultra socialiste.



Les raisons de ce socialisme à la française


Comme le dit Philippe Nemo (expert en philosophie politique) dans son excellent livre La France aveuglée par le socialisme en 2011, la France est dirigée par une double oligarchie au pouvoir, les Hauts Fonctionnaires et les syndicats.


«Les décisions du parlement et du gouvernement ne sont exutoires que si elles ont trouvé grâce aux yeux de ces groupes privés et minoritaires».


Les fonctionnaires et autres personnes payées par le contribuable représentent non pas 20% comme on l’entend couramment (ce qui est déjà énorme) mais 30%, car les chiffres officiels des fonctionnaires en France sont tronqués. Ils ne prennent pas en compte les personnes payés par des fonds publiques et ayant un statut similaire à un fonctionnaire.

Ils ne sont pas 5,6 millions mais plus de 7 millions. Ce chiffre est en évolution d’environ 50% depuis 40 ans. C’est 70% de plus qu’en Allemagne (avec une population de 20% supérieure Outre-Rhin).



Lien entre dépenses publiques, impôts, et croissance


Pour prouver un lien négatif entre le poids de l’Etat dans l’économie et la croissance, nous allons voir deux exemples, la France et la Grande Bretagne.


Concernant la France

Nous voyons que les dépenses publiques ne cessent d’augmenter depuis 60 ans, que ce soit avec la gauche ou « la droite » au pouvoir.

Nous sommes passés de 49% en 1995 à 57% en 2012, sous Chirac et Sarkozy. Quand bien même ces taux étaient déjà très élevés avant qu’ils n’arrivent au pouvoir…

Chaque augmentation du poids de l’Etat (les dépenses publiques) s’accompagne d’une baisse de la croissance.

Concernant l’évolution des impôts, la courbe est très similaire.

Evolution des prélèvements obligatoires et de la croissance, depuis 1960.


Selon les études de l’INSEE le taux d’imposition en France (hors cotisations sociales imputées et crédits d’impôts) :

  • entre 1981 et 1995 (14 ans), sous Mitterrand, est passé de 39,8% à 42,1% (+2,3%)

  • entre 1995 et 2007 (12 ans), sous Chirac, est passé de 42,1% à 42,3% (+0.2%), avec une pointe à 44% en 1999 et un taux très souvent supérieur à Mitterrand tous le long de son mandat.

  • entre 2007 et 2012 (5 ans), sous Sarkozy, est passé de 42,3% à 43,9% (+1,6%), encore pire que sous Mitterrand et Chirac, en moins de temps.


Un président libéral aurait baissé ces impôts au lieu de les augmenter (ainsi que les dépenses sociales).

Même sous Hollande, les prélèvements obligatoires n’ont augmenté que de 1,4%, pour s’établir à 45,3%.

Il faut rajouter à ces chiffres environ 3% d’impôts correspondant aux cotisations sociales imputées et les crédits d’impôts pour avoir le chiffre global des prélèvements obligatoires (48,3% en 2017).

Macron continue les délires socialistes car nous étions à 48,4% d’imposition un an après et rien n’est fait pour inverser la courbe.

Et ce ne sont pas les solutions socialistes que trouveront nos gouvernants, pour passer la crise économique actuelle, qui vont faire baisser les impôts.

Sur la base de la répartition des revenus des ménages, les 10% des foyers les plus riches acquittent 70% de l’impôt sur le revenu, et selon l’iFRAP, 52% de tous les impôts directs, soit 130 des 250 milliards d’euros de 2017.

La fiscalité française, c’est un peu comme la devise olympique: «Citius, Altius, Fortius», soit «plus vite, plus haut, plus fort».


Concernant la Grande-Bretagne

Évolution de la croissance en Grande Bretagne selon le parti au pouvoir, Travaillistes (Gauche) ou Conservateurs (Droite)


La courbe en rouge représente le ratio du secteur privé/publique dans l’économie.

Cette courbe augmente quand les travaillistes sont au pouvoir, car ils étatisent/nationalisent des entreprises, et la courbe baisse quand ce sont les conservateurs, car ils privatisent.

Vous voyez donc que dès que les socialistes arrivent au pouvoir, la croissance est en chute libre un ou deux ans après (le temps que les réformes fassent effet), et quand les conservateurs reviennent au pouvoir, ils baissent le poids de l’Etat dans l’économie, donc la croissance repart en forte hausse.



Lien entre poids de l'Etat dans l'économie et le chômage


Après avoir vu la corrélation positive entre le poids de l’Etat dans l’économie (plus de dépenses publiques et plus d’impôts), et la baisse de la croissance, nous allons voir les répercussions de cette faible croissance.

Nous voyons que la courbe est quasiment strictement identique, avec une aggravation après la crise de 2008. Il y a donc clairement un lien avec le chômage que bon nombre de nos concitoyens subissent (plus de 10%).

Ci-dessous, nous voyons également qu’une forte évolution de l’emploi dans le secteur public entraîne une faible évolution de l’emploi dans le secteur privé.

Pour la Grande Bretagne, le lien se vérifie également et permet d’en tirer des conclusions.

Les conservateurs britanniques ont, à partir de 2009, viré 1 million de fonctionnaires (passant de 6.4 millions à 5.4 millions en quelques années). Les emplois du secteur privé sont dans le même temps passé de 21.5 millions à 24.5 millions pendant la même période, soit 3 fois plus.

Nous pouvons dire que pour chaque fonctionnaire en moins, trois emplois sont créés par le secteur privé.


Lien entre dépenses publiques, revenus, et pauvreté

Dans ce graphique, nous voyons que dans les pays les plus libéraux, le revenu annuel par habitants pour les 10% les plus pauvres est bien plus élevé que dans les pays ou le poids de l’Etat dans l’économie est élevé  (comme la France).

Même corrélation pour les revenus de l’ensemble des habitants.



Lien entre rentabilité des entreprises et chômage


En économie, il a été démontré à de multiples reprises que si les petites et moyennes entreprises avaient une bonne rentabilité, le chômage baissait automatiquement dans l’année qui suit (la majorité de la croissance se fait avec les TPE/PME).

En d’autres termes, pour faire baisser le chômage en France, il faudrait baisser drastiquement les charges sur les entreprises (environ 30% supérieures aux autres entreprises européennes, voir ci-dessus).

Aux USA, Trump s’est attelé dès le premier jour de son investiture a faire baisser les charges sur les entreprises (mais aussi à alléger le code du travail pour donner plus de flexibilité), et à baisser les impôts des ménages. Et les résultats ont été très rapide. Des entreprises et leurs usines se sont relocalisées aux USA et le pays a atteint le plein emploi. La pauvreté a reculé, en 2018, de 1,5 million de personnes aux USA après l’élection de Trump. Nul doute que le chiffre de 2019 sera plus impressionnant.



Conclusion


Mais alors, en sachant tout cela, pourquoi nos dirigeants ne mettent pas en place des mesures libérales qui ont montrées leur efficacité partout dans le monde ? (comme à Hong Kong, à Singapour, en Nouvelle Zélande ou encore en Australie pour ne citer qu’eux). Comme je l’ai dit plus haut, la France est dirigée par une double oligarchie, les Hauts Fonctionnaires et les syndicats, qui ont tout intérêt à ce que ce système persiste (que certains, comme Charles Gave, appellent le capitalisme de connivence). Vu que nous vivons en démocratie, pour ces personnes, il faut des pauvres, des chômeurs, c’est leur fond de commerce et leur existence politique et financière. Plus l’Etat providence a de poids, plus les gens qui vivent de l’Etat vont continuer de voter pour eux, et plus ils vont réclamer des fonctionnaires pour faire fonctionner ce système. C’est bien connu, le socialisme vous veut du bien. Il y a le mot social dedans donc automatiquement… C’est malheureusement ce que pense énormément de nos concitoyens, de droite comme de gauche.

Avec la crise économique due au covid-19, la France devra d’autant plus s’appuyer sur ces chiffres et sur ce qui fonctionne ailleurs au lieu de s’empêtrer dans ses idéologies mortifères.

Au premier trimestre 2020, la récession est déjà de 5,8%, alors qu’il n’y avait eu que deux semaines de confinement. Au 2e trimestre la récession risque fort malheureusement d’atteindre les 13%. Il est plus qu’urgent de faire preuve de pédagogie envers nos concitoyens, d’expliquer pourquoi il est nécessaire de mettre en place des mesures libérales pour relancer la croissance, afin de pouvoir baisser le chômage, limiter la dette et même la rembourser. Car oui, la seule possibilité de rembourser une dette est de créer de la valeur ajoutée.

Notre pays est paradoxal, dans le sens où nous sommes l’un des pays les plus socialistes du monde, et nous sommes également celui qui a produit certains des plus grands théoriciens du libéralisme comme Montaigne, Montesquieu, Turgot, JB Say, Benjamin Constant, Tocqueville, Bastiat, Molinari, et plus récemment Jouvenel, Raymond Aron, Raymond Boudon, Jean-François Revel.

Il serait temps de refaire connaitre cette pensée libérale française aux français. Le socialisme n'est pas une fatalité.



Maxime Leroy

Sympathisant Renaissance Libérale-Conservatrice



Sources :


Tableau de l’économie française de l’INSEE : https://www.insee.fr/fr/statistiques/3676764?sommaire=3696937


Qu’est ce que le libéralisme ? : https://institutdeslibertes.org/quest-que-le-liberalisme/


Lire la presse est dangereux pour votre santé : https://institutdeslibertes.org/lire-la-presse-est-dangereux-pour-votre-sante-financiere/


De Mitterrand à Hollande, le nombre de fonctionnaires a augmenté de 40% : https://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/dessous-chiffres/2019/01/29/29006-20190129ARTFIG00167-la-constante-progression-du-nombre-de-fonctionnaires-depuis-1981.php


Fonctionnaires : les chiffres qui tuent : https://www.lepoint.fr/invites-du-point/jean-nouailhac/fonctionnaires-les-chiffres-qui-tuent-18-11-2014-1881987_2428.php


Impôt sur le revenu : 10% des foyers fiscaux concentrent 70% des recettes : https://www.lefigaro.fr/impots/2017/08/03/05003-20170803ARTFIG00145-impot-sur-le-revenu-10-des-menages-concentrent-70-des-recettes.php


La France a 3 millions de fonctionnaires de plus que l’Allemagne ! : https://fr.irefeurope.org/Publications/Les-chiffres-cles/La-France-a-3-millions-de-fonctionnaires-de-plus-que-l-Allemagne


Charles GAVE : le capitalisme de copinage tue notre économie : https://www.youtube.com/watch?v=MY1KeklYmTc

Calculez votre degré de Liberté : Travailleur Pauvre ou Chômeur ? : https://www.youtube.com/watch?v=WmXpJZaBdNY


287 vues0 commentaire