Rechercher
  • R Libérale-Conservatrice

Second tour des Elections présidentielles en Pologne, quel choix pour les libéraux-conservateurs ?

Mis à jour : 21 juil. 2020


Dimanche 12 juillet, Andrzej Duda du parti Droit et Justice (PiS) a été réélu par les polonais comme président. La participation au second tour était de 4 points supérieure à celle du premier tour. C’est donc avec une participation supérieure, et une plus grande légitimité, que le président conservateur a été réélu, avec 51 % des voix.

Source : TVPInfo


Dans l’article résumant le premier tour, il a été évoqué que les électeurs de Krzysztof Bosak et de son parti Konfederacja seraient pour le second tour, des faiseurs de Roi. Pourtant, les électeurs libéraux-conservateurs ont voté majoritairement, à 61%, pour Rafal Trzaskowski, le candidat « libéral », en opposition à Andrzej Duda. C’est en tout cas ce que décrit ce sondage de sortie des urnes.

Source : Europe Elects, Twitter


Et si on demandait directement aux électeurs de Konfederacja d’expliquer leur vote du 12 juillet ? Pourquoi cette opposition envers le président réélu ?


Tout d’abord, le PiS de Duda a fait une campagne très dure contre Konfederacja, ponctuée par de nombreuses attaques contre le mouvement et son candidat, K. Bosak.

Ensuite, il réside entre ses deux partis un désaccord profond, si ce n’est fondamental, sur la question de la place de l'Etat, dans la société comme dans la vie économique. Pourtant, les points de désaccord ne manquent pas entre Konfederacja et la Plateforme Civique de Trzaskowski. On peut par exemple citer les désaccords sur les questions sociétales, sur le régalien, ou encore sur l’intégration européenne.


Mais pour certains électeurs, c’est l’économie nationale qui prime.


C’est ce qu’explique Martha, électrice de Konfederacja qui a voté pour le candidat europhile, alors qu’elle se définit elle-même comme eurosceptique. Elle est à la base électrice pour le parti Korwin, de Janusz Korwin-Mikke, qui fait partie de Konfederacja. Ce parti est paléo-libertarien, c’est-à-dire libertarien-conservateur. Le paléo-libertarianisme combine l'anarcho-capitalisme avec des concepts reliés notamment à la morale judéo-chrétienne, et au conservatisme. Cette pensée se rapproche de celle de Murray Rothbard, ou bien encore de Hans-Hermann Hoppe. Je vous invite d’ailleurs à lire ces deux auteurs, L’Ethique de la liberté pour Rothbard et Démocratie, le dieu qui a échoué pour Hoppe.


Martha a donc voté pour Rafal Trzaskowski au deuxième tour, pour son programme économique, ou plutôt contre celui d’Andrzej Duda qu’elle balaye par un « je déteste le socialisme ». Elle rejette notamment la « générosité gouvernementale » auprès des familles, le gouvernement subventionnant les familles à hauteur de 500 zlotys à partir de deux enfants, et 1000 zlotys pour trois enfants, soit le cinquième du salaire moyen qui est de 5285 zlotys[1] et un peu moins de la moitié du salaire minimum de 2600 zlotys. Cette politique familiale représente 7 % du budget de l’Etat. Beaucoup trop pour elle.

Son vote porte également sur la personnalité du président Duda. Elle le juge comme un mauvais président, qui a abîmé la fonction.

D’autres commentaires de polonais que j’ai interrogé, ne votant pas pour Konfederacja, faisaient référence à la personnalité du président, notamment de son inscription sur le réseau social TikTok. Un autre commentaire critiquait la politique très étatiste du PiS, tant sur l’économie que sur la justice et les médias publics. Une polonaise me dit même qu’avec Duda, on revient vers la période communiste.

Pour d’autres électeurs de Konfederacja, le vote a été tactique.


Krzysztof (de son pseudo - K) est un partisan de Konfederacja et grand soutien de Bosak, en particulier sur Instagram. Pour lui, les deux candidats présents au second tour ne valent pas mieux l’un que l’autre. Il critique la position chrétienne sociale (socialiste) de Duda, tout comme le social-libéralisme de Trzaskowski. Il explique également que durant leurs carrières politiques, chaque candidat a eu son lot de scandales et d’escroqueries, tout comme leurs partis politiques. Qui plus est, il mentionne que les fondateurs des deux partis ont été d’anciens membres du PZPR, le Parti Communiste Polonais (de son nom original Parti ouvrier unifié polonais) qui a dirigé durement le pays pendant 40 ans. Pour K, ces deux partis sont de gauche et irrécupérables.


Dimanche 12 juillet, il a voté pour Duda, par simple calcul politique : « s’il dirige, il sera plus facile pour Konfederacja de gagner des votes auprès des citoyens ».

K supporte Konfederacja car pour lui c’est le seul mouvement qui défend le libre marché et le laissez-faire en Pologne. Il fait par ailleurs référence au parti Korwin, l’un des partis principaux de cette confédération, et le plus libéral.

Pour la dernière personne interrogée, qui signe de son pseudonyme, O, Bosak n’était pas le meilleur candidat à ses yeux pour la Confédération. Il avoue tout de même qu’il a mené une bonne campagne. Il aurait préféré voir Artur Dziambor ou Konrad Berkowicz comme candidat de Konfederacja. Ces deux derniers ont été candidats à la primaire mouvement, qui s’est déroulée comme une primaire américaine, avec un vote par région et un vote final effectué par des délégués, préalablement élus par le vote populaire.


Artur Dziambor est actuellement député. Il a été le vice-président du parti Korwin, et a obtenu un score final de 16.6 % du vote populaire. Le vote à la convention finale qui s’est déroulé en sept tours a vu M. Dziambor être dans les trois derniers candidats (un candidat éliminé à chaque tour).

En ce qui concerne Konrad Berkowicz, lui aussi député et également vice-président du parti Korwin, il a obtenu 10.9 % du vote populaire de la primaire, et fut éliminé à la Convention juste avant Dziambor.

O se définit comme un libertarien de droite. C’est ce que prouvent ses préférences pour les candidats de la primaire. Pour lui, Bosak était le seul véritable candidat de droite à cette élection.

Il juge les élections comme une course entre les meilleurs menteurs et les plus hypocrites. Et ce deuxième tour n'échappe pas à la règle. Il critique notamment le fait que les deux candidats, lors du débat du second tour, ont parlé chacun leur tour sans que l'autre soit présent !


O n’est pas allé voter pour le second tour, pour des raisons familiales. Ce second tour, c'était choisir entre le moins pire, entre la peste et le choléra. Voter pour Duda, c'est continuer à détruire l'économie, avec une politique "néoconservatrice", et c'est continuer à abîmer la Constitution. Voter pour Trzaskowski, c'est suivre l'intégration européenne fédéraliste qui atteint la souveraineté de la Pologne, c'est la mondialisation plus folle, et c'est l'acceptation des idéologies de la gauche radicale. Et voter pour Trzaskowski, c'est voter pour la Plateforme Civique, parti aux multiples scandales de corruption.

Si au premier tour Trzaskowski semblait être un candidat ami du marché libre, il se transforma vite, comme Duda, en promoteur de grandes politiques "sociales".


Le choix était difficile, mais il aurait tout de même voté en faveur de Trzaskowski, afin de mettre un terme à la « folie » du PiS. Folie qu'il décrit comme une volonté de conserver et d'étendre le pouvoir du parti en attaquant le système judiciaire et la liberté de la presse.


Sur le papier, le parti Droit et Justice de Duda semble proche de Konfederacja, mais l’étatisme dont il fait preuve, sa mainmise sur les médias publics, sa réforme controversée de la justice, son centralisme, et la campagne proche de la calomnie visant la Confédération et Bosak ont été des arguments de poids pour le vote de second tour.

Les critiques économiques sont pourtant dures envers le gouvernement polonais du PiS. Les résultats économiques sont bons, et la croissance forte (5.1 % en 2018). Le pays semble plus libre (économiquement) que la France. Mais la situation serait encore meilleure avec une politique plus libérale, libérant réellement les entreprises et les polonais. Réformer la justice serait également une excellente réforme, mais en faisant de cette dernière un organe indépendant, et non pas soumis au pouvoir politique en place.


Si le PiS voit Konfederacja comme un ennemi politique, la réciproque est vraie. Konfederacja ne faisant aucune différence entre le PiS et la Plateforme Civique, moquant d’ailleurs les « transferts » de politiciens entre les deux partis en citant le président du Conseil des ministres (le chef du gouvernement) qui a été à la Plateforme Civique avant de rejoindre le PiS.

Les deux partis les plus forts de Pologne, qui gouvernent alternativement depuis la chute du communisme, vont devoir faire avec le libéral-conservatisme. Ils le savent déjà, comme le démontre les tentatives de drague, parfois lourdes, des deux candidats du second tour envers les électeurs de Bosak.

Ce qui ressort de mes échanges avec ces trois jeunes, Martha, Krzysztof, et O, c’est une réelle volonté libérale-conservatrice. Une envie de sang neuf en politique, d’en finir avec le bipartisme qu’ils jugent stérile.


La clef pour l’avenir du libéral-conservatisme en Pologne passe par la jeunesse. A la mode et « hype » aujourd’hui, cette philosophie politique va peu à peu muter pour devenir une véritable alternative politique. Rejetant dos à dos PiS et Plateforme Civique, l’émergence grandissante d’un parti libéral-conservateur prônant la liberté individuelle tout en étant conservateur, souhaitant un Etat moins omnipotent mais fort dans le régalien, est la clef du succès.


C’est de cela que doit s’inspirer un (nouveau) parti français qui serait résolument libéral-conservateur.



Aymeric Belaud

Fondateur Renaissance Libérale-Conservatrice

Analyste à l'IREF



Compte instagram de K et O : Ecclesiae libertatem, @polymath_academy (en anglais)

Compte instagram de K, Krzysztof : @prawicowy_profil (en polonais)


Pour aller plus loin :


Résultats détaillés de la primaire présidentielle de Konfederacja : https://en.wikipedia.org/wiki/2019%E2%80%9320_Confederation_presidential_primary


Essai de O sur les élections présidentielles polonaises : https://www.instagram.com/p/CC32qL8qUQJ/?utm_source=ig_web_copy_link


Notes :

[1] http://www.copernic-avocats.com/salaires-en-pologne/

133 vues0 commentaire