Rechercher
  • R Libérale-Conservatrice

Sibeth Ndiaye : un registre dédié à ses bourdes

Mis à jour : 22 juin 2020

Selon Marlène Schiappa, Sibeth Ndiaye, la porte parole du gouvernement français, est en train de devenir "de par ses compétences et son parcours" (ce qui semble déjà comique) un "rôle modèle" pour plein de jeunes filles.


Il parait pourtant peu probable que des parents montrent à leur fille Mme Ndiaye comme un modèle, sauf si elle souhaite devenir humoriste, de seconde zone.


Un petit florilège des bourdes de la personne représentant le gouvernement et son action s'impose.


- mai 2017 : Dans "Les coulisses d'une victoire" sur TF1, on l'entend dire que les juifs ont un "copyright" sur le terme "crime contre l'humanité". Dans le même documentaire, elle tance un journaliste : "Non mais là ça me saoûle ! Franchement là je suis saoûlée. […] C'est pas du travail de journaliste, c'est du travail de sagouin !"

- mai 2017 : Elle assiste à l'investiture du Président en tenue décontractée.

- juin 2017 : À l'Élysée, Quotidien la filme en train de gérer un groupe de journalistes de manière autoritaire : "Arrêtez de me faire suer là !"

- juillet 2017 : Elle déclare à l'Express : "J’assume parfaitement de mentir pour protéger le président de la République." Le même article révèle qu'elle n'hésite pas à appeler les journalistes quotidiennement en cas de "divergence d'interprétations".

- août 2017 : D'après le Canard enchaîné, elle a confirmé le décès de Simone Veil en envoyant : "Yes, la meuf est dead" à un journaliste. D'après CheckNews, elle aurait juste répondu à une question sur ses obsèques en disant : "Aucune idée, la meuf est morte il y a moins de vingt-quatre heures".

- septembre 2017 : Le Point ressort une phrase qu'elle a prononcée dans Marianne en 2003 pour commenter l'arrivée de "camarades issus de l'immigration" au PS : "Dans l'appareil, la communauté juive est protégée, la communauté arabe discriminée. Ce sang neuf peut rééquilibrer la donne."

- novembre 2017 : Elle déclare à l'Opinion que s'il y a peu de femmes dans l'entourage du Président, c'est à cause du "rythme de travail".

- février 2018 : Plusieurs médias sénégalais indiquent qu'elle a participé à un dîner de gala organisé par le président Macky Sall en tenue décontractée, ce qui a "heurté" les convives.

- juin 2018 : Elle tweete une vidéo du Président s'entraînant à un discours dans son bureau : "On met un pognon de dingue dans les minima sociaux et les gens ne s'en sortent pas."

- avril 2019 : Au micro de Ruth Elkrief, elle déclare : "Moi, je suis comme saint Thomas d’Aquin, je ne crois que ce que je vois". Dans la même interview, elle accuse ses détracteurs de racisme et de sexisme : "Quand vous êtes une femme et qu’en plus vous êtes noire, vous êtes cumularde."

- mai 2019 : Elle assure le compte-rendu du conseil des ministres vêtue d'un pull turquoise avec un gros cœur rouge dont l'aspect évoque la petite enfance.

- juillet 2019 : Sur la démission de François de Rugy, elle déclare au micro de CNEWS : "Nous avons conscience que nos concitoyens ne mangent pas du homard tous les jours, bien souvent c’est plutôt des kebabs."

- juillet 2019 : Elle assiste aux cérémonies du 14 juillet en pyjama et peignoir bleu.

- septembre 2019 : Sur la grève de la SNCF, elle déclare sur BFM : "Demain matin, j'utiliserai ma voiture de fonction, comme tous les jours, donc je serai de cœur avec tous les Franciliens qui galéreront dans les couloirs du métro."

- octobre 2019 : À propos de l'usine Lubrizol, elle affirme au micro de Jean-Jacques Bourdin : "Moi, je serais restée parce que je suis quelqu'un d'un peu rationnel, j'essaie de faire confiance dans les gens qui savent, ce sont des experts".

- novembre 2019 : Elle rit à gorge déployée aux blagues très nulles de Charline Vanhoenacker et Guillaume Meurice.

- décembre 2019 : Face à une journaliste de France Inter qui l'interroge sur l'absence du Président à la COP25, elle juge la question "désagréable" et menace de se plaindre à sa hiérarchie : "Et franchement, la prochaine fois, je ne vous répondrai pas et j'en parlerai à France Inter."

- décembre 2019 : À propos du projet de réforme des retraites, elle affirme sur France Inter que le malus en cas de départ avant 64 ans ne sera infligé qu'en attendant d'atteindre cet âge, alors qu'en fait ce sera un malus sur l'ensemble de la retraite. Elle corrige son erreur quelques minutes après sur Twitter.

- décembre 2019 : Sur RTL, elle déclare : "Dans le gouvernement qu'on a aujourd'hui, on n'a pas que des technos blancs de 40 ans."

- 19 janv. 2020 : Sur BFM, elle déclare : "Si provoquer de la violence, c'est en fait faire les réformes pour lesquelles vous avez été élu, alors ça, de ce point de vue-là, je peux l'assumer."

- 24 janv. 2020 : Au micro de Jean-Jacques Bourdin, elle justifie le recul de l'âge de départ à la retraite en ces termes : "On sait qu'il y a beaucoup de crises cardiaques, de maladies qui surviennent, notamment chez les hommes, quand on arrête l'activité. Parce qu'en quelque sorte, y a un petit vide qui se crée."

- 4 févr. 2020 : Au micro de BFM, elle déclare : "Je pense qu'on a besoin de gens qui sont des technocrates, parce que sinon on fait des erreurs. […] Moi je me refuse catégoriquement à jeter l'opprobre en disant "il y a les crânes d'œuf qui sont très intelligents mais qui savent pas faire de politique"."

- 27 févr. 2020 : Sur Europe 1, elle déclare : "Aujourd'hui, les frontières physiques dans le monde tel que nous le vivons, elles n'ont pas de sens pour un virus."

- 5 mars 2020 : Sur LCI, elle déclare : "Il faut avoir conscience que 80% des malades ont un gros rhume, une grosse grippe au maximum. Il y a 20% de cas qui sont compliqués. On ne va pas arrêter le pays."

- 17 mars 2020 : En sortie du conseil des ministres, elle déclare : "Les Français ne pourront pas acheter de masques dans les pharmacies, car ce n'est pas nécessaire si l'on n'est pas malade". Dans la phrase suivante elle indique que ces masques sont utiles et nécessaires aux soignants.

- 20 mars 2020 : Sur BFM, elle déclare : "Vous savez quoi ? Moi je ne sais pas utiliser un masque, je pourrais dire "je suis ministre, je mets un masque", mais en fait je ne sais pas l'utiliser. Parce que l'utilisation d'un masque, ce sont des gestes techniques précis."

- 25 mars 2020 : Interrogée sur l'appel du ministre de l'agriculture à "rejoindre la grande armée de l'agriculture française", elle déclare : "Nous n'entendons pas demander à un enseignant qui aujourd'hui ne travaille pas compte tenu de la fermeture des écoles de traverser toute la France pour aller récolter des fraises."

- 25 mars 2020 : À la même occasion, elle dit que le Président ne porte pas de masque "tout simplement parce qu’il n’y en a pas besoin dès lors qu’on respecte la distance de protection vis-à-vis des autres". Le jour même, à Mulhouse, le Président apparaît masqué.

- 1 avr. 2020 : Dans Le Parisien, elle critique ceux qui qualifient le COVID19 de grosse grippe : "On peut s'étonner de voir certaines personnes parler en ce moment de la gravité de l'épidémie, alors qu'elles se gaussaient il y a encore quelques semaines de cette grosse grippe."

- 30 avril 2020 : Elle met en place une plateforme gouvernementale de tri des informations intitulée "désinfox". Face aux critiques, cette plateforme sera supprimée le 5 mai.

- 10 mai 2020 : Elle fume dans son bureau face à la caméra de BFM.



- 10 mai 2020 : Dans l'interview suivant la pause cigarette, la porte-parole du gouvernement a affirmé que l'OMS a commencé à dire qu'il fallait tester de manière massive au mois d’avril. Or, c'est faux. L'Organisation mondiale de la santé recommandait déjà début mars de "trouver" et "tester chaque cas".


- 29 mai 2020 : Chez Jean-Jacques Bourdin, sur RMC / BFMTV, elle affirme que Renault stocke chaque année 3 millions de véhicules invendus.


- 21 juin 2020 : Dans Dimanche en Politique sur France 3, elle estime qu'il lui serait difficile d'expliquer à ses enfants s'il est normal ou pas de jeter des pierres sur les forces de l'ordre.


Pourquoi la garder ? Elle enchaîne les bourdes. Mais cela pourrait être de la communication.


Le gouvernement est-il persuadé que sa nonchalance bravache teintée d'ignorance "fait peuple" et donc plait au peuple ? Si tel est le cas, cela s'avère être du mépris de classe typique des "élites" croyant le peuple comme simpliste et inélégant afin d'être plus proche de lui.


Au sortir de cette crise, une remise en question, a minima, serait la bienvenue.



327 vues0 commentaire