Rechercher
  • R Libérale-Conservatrice

Zemmour : la reconquête de la France ?


Je dois le reconnaître, c’est en partie grâce à Éric Zemmour que j’ai attrapé le virus. Non je ne parle pas de la Covid-19 mais bien de celui de la politique. Sortant à peine de l’adolescence, période pleine de questionnements, je découvrais cet homme ferrailler avec talent les samedis soir sur le plateau d’« On n’est pas couché ». Pour moi, cela tranchait avec les émissions convenues et leurs lots de chroniqueurs complaisants. J’admirais déjà son courage et son franc-parler. Il contribua également à me redonner goût à l’Histoire, matière gâchée par des professeurs fatigués qui ne m’avaient pas enseigné la chose avec passion. Son livre «Mélancolie française », avec son parti pris bonapartiste d’une France qui avait manqué son destin de devenir la nouvelle Rome avec la chute de l’empereur, m'avait vraiment inspiré à l'époque.


Des années ont passé et voilà maintenant l'ex-chroniqueur reconverti en candidat à l'élection présidentielle. Le motif est clair : ni la droite classique, ni le RN ne peuvent gagner sans les électeurs de l'un et de l'autre. Malheureusement, les tentatives d'union par les bases militantes ont très vite tourné court du fait du sectarisme et de l'esprit de boutique qui animent les dirigeants des républicains et de Marine Le Pen. Le désir perpétuelle de respectabilité des dirigeants LR aux yeux de la gauche ne lui permettent pas de réaliser cette jonction historique avec l'électorat populaire du RN. Cet électorat, prisonnier d'une famille qui ne lui offre aucune perspective de victoire, avait pourtant contribué en 2007 à celle de Nicolas Sarkozy suite à sa très belle campagne. La suite, on la connait : Nicolas Sarkozy avait promis le karcher et on a eu Kouchner. Depuis lors, la crédibilité des dirigeants de droite a été sérieusement entachée et les défaites électorales se sont succédées.


C'est à ce titre que la candidature d'Eric Zemmour et la création du parti Reconquête s'avère être intéressante. Il est à ce jour l'une des rares personnalités à être crédible auprès des électeurs des deux partis. Il est l’alternative aux trahisons perpétuelles des LR au pouvoir (suppression de fonctionnaires de police, hausse de l’immigration, augmentation de la dépense publique entre 2002 et 2011,…), forts en gueule au moment de la campagne mais petits bras une fois aux manettes, et à Marine Le Pen dont l’incompétence et le manque de travail n’ont d’égal que son amour pour les chats. De plus, il est le seul à pouvoir faire sortir de nombreux abstentionnistes qui ne croient plus dans la politique car trop souvent trahis par ceux en qui ils avaient remis leur confiance.


Eric Zemmour n'a rien à perdre et c'est sa plus grande force. Il n'est pas un politicien, il ne dépend pas d'un parti, ce qui lui garantit une liberté de paroles et d'actions. La constance de ses idées, sa culture et son amour sincère de la France plaident pour lui. Son parcours personnel, lui le fils de juifs d'Algérie arrivés dans les années 50 en France et qui deviendra polémiste et écrivain à succès, peut être un modèle de réussite pour de nombreux Français issus de l'immigration qui souhaitent réellement faire corps avec la nation.


Les objectifs d'Eric Zemmour pour la France commencent à se faire connaître. Outre la défense de l'identité française qui passera forcément par la reprise en main de notre politique migratoire et une fermeté absolue face à tous les communautarismes, un certain conservatisme sociétal et la défense de notre indépendance en politique étrangère, le volet économique du candidat s'appuie sur une baisse des impôts pesant sur les travailleurs modestes, les classes moyennes et les entreprises qui produisent en France afin de relancer la consommation par un gain de pouvoir d'achat des ménages et un gain de compétitivité pour les entreprises. Gain de compétitivité nécessaire pour réindustrialiser la France et ainsi relancer la création de richesses sur notre territoire. Concernant le volet sanitaire, il est le seul candidat à défendre clairement la liberté vaccinale pour les Français et à vouloir suspendre le pass sanitaire, tout en réorientant les finances vers la création de lits de réanimation, la formation et le recrutement de personnel hospitalier. Enfin, sur le volet éducatif, le candidat met l'accent sur l'exigence pour redresser le niveau de l'école de la République qui a trop longtemps été le laboratoire d'expérimentations de pédagogistes dogmatiques avec les résultats que l'on connait aujourd'hui (voir le classement PISA). Le retour à l'apprentissage des savoir-faire fondamentaux à l'école primaire, la suppression du collège unique et le relèvement du niveau du bac sont autant de mesures qui redresseront le niveau global de notre école, étape fondamentale dans la reconquête.


La France dans son histoire a régulièrement été au bord de l'abîme, son existence parfois compromise. C'est souvent dans ces moments-là qu'une personnalité inattendue, loin des partis et des professionnels de la politique, surgit et arrive à sauver la situation, nourrissant ainsi le mythe de l'homme providentiel qui est très ancré dans l'imaginaire français. Et si ce moment était à nouveau venu ?




Brice André

Membre du bureau de Renaissance Libérale-Conservatrice

96 vues0 commentaire